mardi 15 juin 2021

Remorque réfrigérée par hydrogène : un business porteur

Le carrossier normand Chéreau aborde l'avenir sereinement. Il a un carnet de commandes plein, y compris pour la semi-remorque alimentée à l'hydrogène. Ce produit résulte des travaux menés en partie en région Bourgogne-Franche Comté à travers le projet ROAD. D'ailleurs, l'entreprise H2SYS de Belfort est aujourd'hui partenaire technique des produits lancés sur le marché. 

Pour financer ses développements, dont ceux en lien avec l'hydrogène, Chéreau a fait venir de nouveaux actionnaires. Il s'agit de fonds d'investissement français, dont le principal est Amundi. On retrouve également des acteurs publics comme BPi France (la banque publique d'investissement) et AD Normandie (l'agence de développement de la Région).

Ce nouveau pool d’actionnaires partage pleinement la vision à long terme de Chéreau. Ce qui va permettre de soutenir les investissement clés liés à la transition énergétique. Une bonne nouvelle pour la filière hydrogène de la région BFC. 

samedi 12 juin 2021

Gaussin trouve un partenaire pour intégrer des batteries dans sa plateforme "skateboard" à hydrogène

L'industriel de Haute-Saône a développé une plateforme en forme de skateboard qui peut s'adapter sur des camions routiers (classe 8 tracteur ou porteur de 18 à 44 t) et leur permettre de rouler à l'hydrogène ou en mode tout-électrique. La solution s'adresse aux constructeurs traditionnels de camions comme aux nouveaux entrants, mais aussi aux carrossiers et aux acteurs du logiciel de navigation autonome.

Gaussin compte enrichir son offre avec des batteries fournies par l'américain Microvast. Grâce à ses capacités d'intégration verticale, cet acteur peut fournir un large choix de cellules chimiques différentes dans ses packs de batteries standard, afin de répondre aux diverses exigences techniques en termes de puissance, de densité énergétique et de durée de vie. La modularité de haut niveau de la batterie donne à l'industriel français une grande flexibilité dans la conception des véhicules. De plus, ces batteries autorisent la charge rapide.

Pourquoi un tel partenariat ? Il se trouve que la version hydrogène du skateboard routier est un système hybride qui utilise des batteries de haute puissance en combinaison avec la pile à combustible pour fournir la puissance nécessaire dans certaines conditions mais également pour prolonger l'autonomie de près de 400 km du skateboard grâce à l'énergie de la batterie.

Grâce à son usine de Clarksville dans l'Etat du Tennessee, prévue pour être opérationnelle en 2022, Microvast sera en mesure de livrer Gaussin et ses futurs licenciés américains directement depuis son usine américaine qui produira localement les cellules, les modules et les packs assemblés, permettant ainsi de fiabiliser et de raccourcir sa chaine logistique et de poursuivre la construction d'écosystèmes locaux dans chaque région du monde afin d'accompagner la croissance du groupe. Un schéma identique est prévu en Europe où Microvast pourra livrer les besoins Européens de Gaussin pour l'ensemble de la gamme de produits actuels et futurs depuis son usine de Ludwigsfelde en Allemagne.

mercredi 9 juin 2021

Une vidéo pour mieux comprendre le projet Symone

Sur sa page facebook, l'incubateur T diffuse une vidéo permettant de mieux comprendre ce qu'est le projet Symone (à prononcer à l'anglaise). 

On vous a déjà parlé sur ce blog de cette solution qui permet de repenser la mobilité lors des longs trajets autoroutiers. Au lieu d'utiliser votre voiture, vous la mettez sur une remorque porte-voitures et vous grimpez dans un camion à l'hydrogène, où une cabine a été aménagée pour profiter du voyage en toute sécurité et en vous reposant.  

Voir la vidéo

Le T accompagne des entrepreneurs engagés qui veulent créer et développer leur entreprise en Bourgogne, en plaçant l’humain, l’écologie et le territoire au cœur de leur activité. Cet incubateur en profite pour rappeler qu'il est encore possible de candidater jusqu'au 13 juin dans le cadre d'un appel à projets.

jeudi 3 juin 2021

Dans les coulisses de Vaison Sport qui prépare un buggy H2 pour le Dakar

L'Informateur de Bourgogne a consacré un article au projet GenZ qui vise à préparer un buggy à hydrogène en vue du Dakar, en 2023. 

Le véhicule sera conduit par Cyril Despres, multiple vainqueur de l'épreuve, et l'aventurier Mike Horn. 

On apprend dans ce reportage que le buggy qui sortira des ateliers de Vaison Sport développera plus de 400 chevaux. Il sera par ailleurs équipé d’un réservoir de 500 litres de 5 centimètres d’épaisseur qui contiendra 30 kg d’hydrogène à 750 bar de pression. De quoi procurer 250 à 300 km d'autonomie.

La suite est à lire en ligne. 

mercredi 2 juin 2021

Une station d'hydrogène en projet pour la reconversion d'une friche industrielle dans le Doubs

Macommuneinfo nous apprend que deux appels à projets* sur la reconversion des friches industrielles, ont été lancés entre janvier et mars pour un montant total de 300 M€. Ils ont connu un vif succès, car on dénombre 18 lauréats en Bourgogne-Franche-Comté pour une enveloppe de 10 M€.

Ces projets permettront de requalifier près de 34 ha de friches et de produire 47 000 m2 de logements dont 13 276 m2 de logements sociaux, 30 000 m2 de surfaces dédiées à des activités économiques et près de 35 000 m2 d’équipements publics.

L'un d'eux concerne la réappropriation de l'ancien site industriel des Rives du Doubs à Valentigney. Sur un terrain qui accueillait autrefois des usines de Peugeot, il y aura des commerces, des activités tertiaires artisanales ainsi qu'un projet de station à hydrogène pour l’alimentation de ces futurs bâtiments.

*Le premier était piloté par les préfets de région dans le cadre du plan France Relance pour 259 M€, le second se tenait sous l'égide de l’Ademe

mercredi 26 mai 2021

Gaussin et Hynamics vont tester des camions autonomes à hydrogène

Depuis qu'il a annoncé son intention de se lancer dans l'hydrogène, le groupe industriel basé à Héricourt (Haute-Saône) multiplie les partenariats et les projets. Le dernier accord de partenariat en date concerne Hynamics (la filiale d'EDF) pour tester des poids lourds autonomes électriques et à hydrogène. Ces véhicules sans cabine de 44 tonnes rouleront dès la fin de l'année.

A travers 4 projets pilotes, ce sera l'occasion d'étrenner le fameux "skateboard", la plateforme modulaire développée par Gaussin. L'industriel inaugurera également le concept "Moonroad" : un tracteur routier sans cabine autonome, à propulsion électrique et hydrogène, capable de tracter des semi-remorques pour un poids total en charge de 44 T, se déplaçant à une vitesse volontairement limitée pour effectuer ces déplacements sur quelques dizaines de kilomètres. 

Le transport peut ainsi être effectué de nuit, pour désengorger le trafic diurne sans perturber les riverains. C'est ce qu'on appelle du TaaS (Transport as a Service). 

Si Gaussin apporte la brique transport, Hynamics construira  des  unités  de  production  d’hydrogène,  qui produiront le précieux carburant (qui sera acheminé vers des sites ce distribution au moyen de camions à hydrogène de Gaussin).   

La réalisation de ce type de projet pilote est soutenue par le Ministère de la Transition écologique, et plus précisément par l'administration chargée des Transports. Dès la fin 2021 et courant 2022 et 2023, ce partenariat permettra de réaliser 4 projets pilotes autour des sites Hynamics à Moret-sur-Loing (Seine-et-Marne), Belfort et Paris (ainsi qu’un site en cours de définition) sur des parcours routiers allant de 5 km à 80 km. 

Il est à noter que ces expérimentations s'inscrivent également dans le cadre des Jeux Olympiques de 2024, de façon à valider au passage la mobilité hydrogène. Le projet fera l’objet d’un dépôt de dossier auprès l’ADEME dans le cadre des appels à projet visant à promouvoir les solutions de mobilité à l’hydrogène. 

mardi 25 mai 2021

Le circuit de Magny-Cours va produire de l'hydrogène

Le célèbre circuit, qui a accueilli pendant un temps le Grand Prix de France de Formule 1, prépare lui aussi la transition énergétique. Dans un article, le Journal du Centre nous apprend que 28 000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques ont été installés sur les parkings. Et surtout qu'ils opérationnels depuis le 19 mai. Ces ombrières serviront pour générer du courant électrique.

Magny-Cours entend être autonome en énergie, puisque la production sera trois fois supérieure à la consommation. Et une prochaine étape se dessine.

À moyen terme, Nièvre Énergies, le circuit et le département projettent de fabriquer, sur le circuit, de l’hydrogène. Il pourrait être utilisé pour alimenter des véhicules sur le site, qu'il s'agisse de voitures de série et de transports publics à pile à combustible, mais aussi de voitures de sport. On sait que Ligier travaille par exemple sur l'hydrogène. De plus, la société H2K travaille sur un projet de moto GP à hydrogène.

Avec une station, Magny-Cours rejoindrait ainsi le circuit du Castellet (Var) qui dispose d'une telle infrastructure. Nièvre Énergies prévoit notamment d’installer des retenues d’eau pour la production d'hydrogène.

"L’eau, l’énergie, le numérique. Et j’ajouterais la forêt et l’agriculture, notre société d’économie mixte doit absolument garder la maîtrise de ces communs. La Nièvre pourrait quasiment devenir autonome en énergie", note Alain Lassus, président du conseil départemental.