mercredi 22 janvier 2020

Un projet H2 de la région retenu par l'ADEME

Dans le cadre du second volet de l'AAP (Appel à Projet) Ecosystèmes territoriaux de l'hydrogène, lancé par l'ADEME, la métropole de Dijon a été retenue pour son projet DMSE 2.

Il s'agit de la suite de Dijon Métropole Smart Energhy, qui vise, à l’occasion du renouvellement d’une partie de la flotte de bennes à ordures ménagères, à s’équiper de véhicules à hydrogène.

La métropole et ses partenaires, dont l’entreprise locale Rougeot Energie, souhaitent prolonger le développement de cette solution sans émission de polluants locaux pour le transport public de passagers. Ainsi, deux stations, l’une au nord et l’autre au sud de la ville, alimenteront à terme 27 bus de 12 et 18 m pour le transport des résidents du territoire. 

La communauté de communes de Pouilly-en-Auxois et de Bligny-sur-Ouche, à l’ouest du département, bénéficiera également du développement de cet écosystème en acquérant une benne à ordure ménagère, dont l’autonomie, nécessaire pour parcourir l’ensemble des 47 communes du territoire, est assurée par de l'hydrogène.

lundi 20 janvier 2020

Une entreprise H2 du territoire rejoint la fondation Solar Impulse

On parle beaucoup des bus à hydrogène et aussi des trains H2. Mais, cette forme d'électrification pourrait aussi concerne demain le transport aérien. La start-up Avioneo Robotics, installée à Longvic, près de Dijon, travaille ainsi  sur un avion électrique à décollage vertical pour de la mobilité partagée. L'appareil se déclinerait dans une version à hydrogène (en plus de la combinaison hybride Flux Fuel et électrique).

L'entreprise a rejoint récemment la World Alliance for Efficient Solutions qui dépend de la Fondation Solar Impulse*.

"Nous sommes une équipe de passionnés dont l'objectif est de contribuer à l'efficience, tant énergétique, économique, environnementale que sociale/sociétale", indiquent les membres de la start-up sur leur site web. Avioneo en est encore au stade de la R&D. L'ambition est de construire un prototype pour démontrer que sa solution permet d'apporter de la mobilité tout en respectant l'environnement.

Quelques chiffres sur cet avion H2 : 2000 km d'autonomie, une vitesse de 160 à 300 km/h et un coût de 0,12 € du km.

*Animée par Bertrand Piccard, qui s'intéresse beaucoup à l'hydrogène.

mercredi 15 janvier 2020

Projet Smart Energhy à Dijon : c'est parti

C'est une des initiatives que soutient la région Bourgogne France Comté. Figurant parmi les onze lauréats de l’appel à projets « Écosystèmes et mobilité hydrogène » lancé par l’ADEME, avec son projet Smart Energhy, Dijon métropole va déployer une station de production et de distribution d'hydrogène. Celui-ci sera produit par électrolyse, à partir de l’électricité « verte » issue de la combustion de déchets ménagers dans son unité de valorisation énergétique (UVE). 

L’électrolyseur fournira dans un premier temps 500 kilos d’hydrogène par jour.

La vocation de cette unité de production sera d'alimenter une flotte de véhicules propres de la métropole, dont huit bennes à ordures ménagères, d'une autonomie de 350 km, et qui auront besoin de 20 kg d’hydrogène par jour pour réaliser leur tournée. La station sera aussi utilisée par six véhicules utilitaires légers. Par la suite, la métropole souhaite déployer cette technologie aux bus lors du prochain renouvellement de parc, puis à terme pour faire le plein de tous types de véhicules à hydrogène sur le territoire.

La création de cette unité est portée par Dijon métropole et l’entreprise Rougeot Energie dans le cadre d’une société par action simplifiée (SAS) baptisée Dijon Métropole Smart Energhy (DMSE). Les entreprises KEOLIS et HYNAMICS  (Groupe EDF) sont des partenaires pressentis pour accompagner le déploiement.

Le coût global de la station est estimé à 6,5M€. L’État, via l'Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie, cofinancera l’installation de l’infrastructure à hauteur de 1,8M€ et 1,6M€ pour les véhicules. La région Bourgogne-Franche-Comté apportera également son soutien financier au projet.

La mise en service de l’unité de production est prévue pour l’été 2021. Dès 2022, la métropole estime réaliser une économie de 1 750 tonnes de CO² par an, soit l'équivalent de 700 A/R Paris – New-York.

lundi 13 janvier 2020

Une conférence sur l'hydrogène à Belfort

Le 23 janvier, une conférence sur l'hydrogène comme source d'énergie verte se tiendra Belfort. Organisé par la CPME 90 et EDF, cet événement aura lieu de 11h30 à 13h30, au Crunch Lab innovation de l'UTBM (techn'Hom).

Les conférenciers seront :
- Pascal LAUDE : EDF, Directeur de la performance énergétique et responsable d'une Chaire industrielle et enseignant en mangement de l'énergie à l'UTBM
- William Lombardet : EDF, Directeur du développement Territorial Franche-Comté
- David Bouquain : Maître de conférence à l'UTBM

*13 Rue Thierry Mieg 90000 BELFORT

jeudi 9 janvier 2020

Hydrogène en BFC : une mise à jour pour 2020

La nouvelle brochure Hydrogène Bourgogne-Franche-Comté vient de sortir. C'est une mise à jour pour la nouvelle année.

Elle a été réalisée par l'AER (éditeur de ce blog), avec le soutien de la Région. Voici le lien pour télécharger cette brochure.

lundi 6 janvier 2020

Un salon de l'hydrogène à Belfort ?

Le préfet du Territoire de Belfort, David Philot, semble persuadé du potentiel de la filière hydrogène sur le territoire. Après avoir pris une première fois la parole lors de sa nomination, en octobre dernier, il s'est à nouveau exprimé sur le sujet dans l'Est Républicain.

Ainsi, le préfet plaide pour la création rapide d’un salon dédié à l’hydrogène à Belfort. "Ce salon n’existe nulle part pour le moment. Il faudrait nous mobiliser pour être les premiers à le faire", déclare-t-il.

Dans cet entretien, David Philot revient sur les atouts du tissu local. "La création du FC Lab, voici 20 ans, a été visionnaire mais on ne peut pas se reposer là-dessus pour développer la filière hydrogène", explique-t-il. Le préfet souhaite une formation du personnel, l’échange d'informations entre les entrepreneurs, ainsi que la création d’un microcosme local autour de l’hydrogène.

Il considère que l’avenir du Territoire de Belfort se joue sur l’hydrogène alors que la loi sur la transition énergétique prévoit 32 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale en 2030.

L'année 2020 verra se concrétiser un premier projet, avec un immeuble chauffé à l’hydrogène à Belfort.

jeudi 2 janvier 2020

Un point sur la filière hydrogène du Grand Est à Nancy

Dans le cadre d'une journée d'échanges entre chercheurs et industriels, le 23 janvier, le Pôle Véhicule du Futur fera un point sur le programme DINAMHySE, qui vise à développer l'hydrogène dans la région Grand Est. L'intervention est prévue à l'occasion d'un atelier portant sur les thèmes "Energie, numérique et Bâtiment".

L'événement est axé plus globalement autour de l'intelligence artificielle, la gestion des données, l'énergie et l'usine du futur. Il est organisé Par la Fédération Charles Hermite et ses partenaires dont les pôles de compétitivité BioValley, Fibres Energivie, Hydreos, Materalia et PVF.

La journée est prévue De 8h30 à 16h30 au Loria* de Nancy.

*Laboratoire Lorrain de Recherche en Informatique et ses Applications – Unité Mixte de Recherche commune à l’Université de Lorraine, au CNRS et à l’INRIA.